Histoire des Juifs de Tunisie
Le Cimetière du Passage
Site : Le Borgel
Carrés au Borgel
Sépultures célèbres
Evénements
Etudes/Travaux
Médias
L'album
Liens
Contact
Visiteur N°: 588279
retour à l'accueil contact imprimer la page en cours www.leborgel.com comme page de démarrage
Recherche
A Tunis :

De Carthage à Jérusalem : la communauté juive de Tunis

 

Par Robert Attal et Claude Sitbon

Les juifs de Tunisie ont constitué pendant des siècles l'une des plus anciennes communautés de la diaspora, jouant un rôle de carrefour, attirant et assimilant les apports eTDniques de tous les horizons. L'écrivain Albert Memmi, originaire de cette communauté, écrit : " Quand je sus un peu d'histoire, j'en eus le vertige ; Phéniciens, Romains, Vandales, Byzantins, Berbères, Arabes, Espagnols, Turcs, Italiens, Français, j'en oublie et je dois en confondre. Cinq cents pas de promenade et l'on change de civilisation."

Les origines

On ne peut dater avec certitude les premiers établissements juifs à l'est du Maghreb. Peut-on les faire remonter à l'époque où la flotte du roi Salomon s'associait à celle de Hiram, roi de Tyr, pour entreprendre de lointaines expéditions vers le pays de Tarshish ? Peut-on attribuer leur installation à la destruction, en 586 av. J.-C. du Premier Temple par Nabuchodonosor qui força les juifs à prendre le chemin de l'exil et à s'établir en Babylonie, et Égypte et ailleurs ? Doit-on plutôt la rattacher au mouvement d'émigration qui se développa au lendemain de la conquête de la Judée par Alexandre, à la faveur de l'hellénisation du monde antique ?

Après la conquête romaine en 146 av. J.-C., la population juive de la province d'Afrique se fit plus nombreuse. À ceux déjà implantés dans le pays s'ajoutèrent ceux venus de Rome où une colonie juive est attestée depuis la fin du IIe siècle avant l'ère chrétienne et ceux de Judée après la prise de Jérusalem par Titus en 70 ou de Cyrénaïque après l'écrasement de la révolte juive de 115-117. La population juive s'accrut encore par la conversion d'autochtones de race berbère, parmi lesquels les juifs de souche avaient déployé un vigoureux effort de prosélytisme.

La présence de juifs dans l'Afrique romaine est évoquée par des auteurs comme Tertullien et Saint Augustin ; par les inscriptions juives ou judaïsantes que l'on a retrouvées dans plusieurs endroits ; par les vestiges de la nécropole juive de CarTDage et de la synagogue de Naro ; ou encore par le Talmud de Babylone et celui de Jérusalem qui rapportent les opinions de rabbins de CarTDage, R. Abba et R. Hanina.

Les juifs jouirent longtemps dans l'Afrique romaine d'un statut favorable qui leur reconnaissait des droits égaux à ceux des païens et leur permettait de se conformer en tous points aux prescriptions de leur religion. Il n'en fut plus de même lorsque le christianisme fut érigé en religion d'État. Ils firent alors l'objet de diverses mesures discriminatoires, furent exclus de toutes les fonctions publiques, leur prosélytisme puni de lourdes peines et la construction de nouvelles synagogues interdite.

Sous la domination vandale au Ve siècle, toutes ces mesures furent abrogées. Mais la reconquête byzantine fut suivie d'une politique d'intolérance : les anciennes mesures discriminatoires furent remises en vigueur, les synagogues transformées en églises, le culte juif proscrit et les juifs contraints de se convertir au christianisme. Persécutés dans les territoires sous hégémonie byzantine, ils quittèrent alors les grandes villes pour aller s'établir dans les régions montagneuses et aux confins du désert, au milieu des populations berbères, et firent parmi elles de nouvelles conversions au judaïsme.

Après la conquête arabe

La conquête arabe du VIIe siècle se heurta longtemps à la résistance farouche des Berbères. À la lutte contre les envahisseurs prirent une part active des tribus berbères judaïsées avec, à leur tête, la reine de l'Aurès, la Kahéna, dont l'historien Ibn Khaldoun affirme qu'elle était juive. Les conquérants arabes finirent par se rendre maîtres du pays. Ils contraignirent par la force des armes les populations païennes locales à se convertir à l'islam, mais reconnurent aux " Hommes du Livre ", adeptes du monoTDéisme - juifs et chrétiens - le droit de pratiquer leur religion à condition de verser une capitation, la jezya, en retour de la protection ou dhimma, et d'un statut inférieur à celui des musulmans.

Les juifs de l'ancienne province romaine d'Afrique – l'Ifriqiya - bénéficièrent de conditions de vie clémentes sous les dynasties aghlabite, fatimide et ziride. Ils vivaient dans la capitale, Kairouan - où des textes font mention d'une hara al-yehoud - mais aussi à Sousse, Mahdia et Gabès. Les innombrables documents de la Geniza du Caire, qui ont renouvelé nos connaissances du monde musulman au Moyen Age, témoignent du rôle que jouaient les juifs dans l'économie de l'Ifriqiya et plus particulièrement dans ses échanges par terre et par mer avec Erets-Israël, l'Espagne et la Sicile, 'Egypte et l'Inde. Les études talmudiques s'épanouirent sous l´impulsion de Houshiel b. lhanan ; le médecin et philosophe Itzhak b. Sulayman Israeli, né au Caire mais établi à Kairouan, attacha son nom à des traités médicaux qui firent longtemps autorité et à des œuvres philosophiques d'inspiration néo-platonicienne. Son disciple, Dounash ben Tamim, grammairien et philosophe, composa un important commentaire du Sefer Hayetsira, l´un des plus anciens monuments de la Kabbale ; le savant Nissim b. Jacob a laissé, entre autres, un recueil de contes édifiants intitulé Hibbur yaffe meha-yeshua (ou " Livre de la consolation ") qui constitue le premier livre de contes de la littérature juive médiévale.

Vers le milieu du XIe siècle, l'Ifriqiya fut secouée par l'invasion hilalienne. Les tribus des Bani-Hilal, cantonnées jusque-là en Basse-Egypte, s'abattirent sur l'Ifriqiya, dévastant tout sur leur passage. Les Arabes hilaliens parvinrent en 1057 à s'emparer de Kairouan en forçant la plupart de ses habitants juifs et musulmans à se réfugier dans les villes côtières : Mahdia, Sousse et Tunis. C'est alors, semble-t-il, que la communauté juive de Tunis qui, selon la tradition orale, s'était formée à l'époque du jurisconsulte Sidi Mahrez (c. 1022), s'épanouit à la faveur de la paix relative dont jouissait la ville tandis que le reste du pays était en proie à l'anarchie.

Vers le milieu du XIIe siècle, le souverain marocain Abd el-Moumen gagné à la doctrine intransigeante almohade et décidé à la faire triompher, entreprit la conquête de tout le Maghreb. Ayant franchi les frontières de l'Ifriqiya, il n'eut pas de peine à s'en rendre maître en 1160.Dans toutes les villes soumises à son autorité il invita les juifs comme les chrétiens à choisir entre la mort et la conversion à l'islam.

Des additions à une élégie du poète Abraham Ibn Ezra font état des épreuves que traversèrent alors les communautés de Tunis, Sousse, Mahdia, Sfax, Gafsa, Gabès et Djerba. Partout les juifs furent contraints de se convertir et tout en professant extérieurement l'islam, ils restèrent fidèles au judaïsme qu'ils continuèrent d'observer en secret. Les Almohades imposèrent à tous les juifs du Maghreb un signe distinctif, la shikla, et des vêtements de forme et de couleur spéciales permettant de les reconnaître.

Maïmonide qui traversa la Méditerranée vers 1165 pour se rendre en Egypte, fit escale à Djerba. Il mentionnera brièvement la communauté juive résidant dans l'île et en dira peu de bien. Aux XIIIe et XIVe siècles, la dynastie des Hafsides présida aux destinées du pays, faisant de Tunis leur capitale. Ses souverains revinrent à une conception plus libérale de l'islam. Juifs comme chrétiens furent de nouveau soumis au statut traditionnel des dhimmis : astreints à la capitation et objets de discriminations vestimentaires, mais ne subissant pas d'entraves à leurs activités professionnelles. Ils exerçaient les métiers d'orfèvres, de teinturiers, de tailleurs, comme en témoigne l'onomastique juive; ils jouaient un rôle notable dans les relations avec l'étranger ; ils étaient appelés à exercer certaines charges officielles, telle celle de " grand douanier " généralement confiée à un juif. Ils pouvaient en toute liberté exercer leur culte. Comme aux premiers siècles de l'islam, les communautés juives bénéficiaient d'une relative autonomie qui leur permettait de s'administrer et de satisfaire leurs besoins en matière cultuelle et sociale. Les études talmudiques furent favorisées par les contacts qui s'établirent avec les savants rabbins d'Alger, consultés par les communautés tunisiennes sur de nombreux points de droit. Ce sont d'ailleurs les " responsa " des décisionnaires d'Alger qui constituent l'une des meilleures sources d'information sur les juifs de Tunisie sous les Hafsides.

A la fin du XVe siècle, les juifs chassés d'Espagne et du Portugal par les rois chrétiens furent nombreux à trouver un refuge dans le Maghreb musulman. Mais les judéo-espagnols se portèrent davantage vers le Maghreb oriental. Le petit nombre de ceux qui vinrent s'établir en Tunisie expliquent qu'ils n'aient pas tardé à se fondre dans la masse des juifs indigènes.

Au XVIe siècle, Turcs et Espagnols se disputèrent la possession de la Berbérie orientale. Les juifs furent éprouvés au cours des combats que se livrèrent les deux puissances ennemies, mais ni plus ni moins que les autres segments de la population locale. Lors de la prise de Tunis par les Espagnols en 1535, de nombreux juifs furent faits prisonniers et vendus comme esclaves dans plusieurs pays chrétiens. Cependant, durant les quelque quarante ans que dura l'occupation espagnole, il ne semble pas qu'elle ait donné lieu à la persécution systématique des juifs.

Les deys et les beys

Après la victoire des Turcs sur les Espagnols en 1574, la Tunisie devint une province de L'Empire ottoman qui accéda peu à peu à une autonomie de fait sous les premiers deys, les beys de la dynastie mouradite et ceux de la dynastie husseinite.

Sous les deys et les beys les juifs jouèrent un grand rôle dans les échanges commerciaux avec l'étranger. En relation d'affaires avec l'Europe, ils sont des intermédiaires efficaces dans la rédemption des chrétiens capturés par les corsaires barbaresques et réduits en esclavage. Ils sont les seuls à exercer les métiers d'orfèvre, de bijoutier et de joaillier, mais exercent aussi, comme les musulmans, ceux de tailleur, teinturier, cordonnier ou menuisier. Les souverains font souvent appel à eux, leur confient même le monnayage de l'or et de l'argent.

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, les juifs faisaient toujours l'objet de mesures discriminatoires : la chechia qui leur servait de coiffe devait être de couleur noire à la différence de celle des musulmans, rouge. Les juifs italiens qui s'habillaient à l'européenne, portaient des chapeaux ronds comme les marchands chrétiens mais au début du XIXe un bey leur imposa le port d'une calotte blanche. Les juifs étaient toujours astreints au paiement de la capitation. Ils devaient s'acquitter d'impositions supplémentaires chaque fois que le Trésor du prince était en difficulté. De plus, ils étaient périodiquement requis d'accomplir des travaux d'utilité publique et se voyaient imposer des corvées. A la fin du XVIIIe Hammouda Bey alla jusqu´à leur dénier le droit d'acquérir et de posséder des propriétés immobilières.

De nombreux juifs d'origine espagnole ou portugaise établis à Livourne entretenaient des relations commerciales avec la Tunisie, où certains venaient résider et faire souche. Ces " Livournais " ou Grana se firent de plus en plus nombreux au cours du XVIIe siècle et prirent une large part aux activités de la population juive. Comme dans le passé ils pouvaient professer leur religion sans entraves, s'organiser en communautés pour faire face à toutes leurs dépenses en matière de culte et d'assistance. Cependant, confinés avec les juifs indigènes dans les venelles étroites de la hara de unis, les Livournais supportent mal cette promiscuité. La méfiance des autochtones à leur endroit et les incompatibilités de mœurs seront à la source d'une séparation de fait des deux communautés en présence, les Twansa (ou Tunisiens) d'un côté, les Grana (ou Livournais) de l'autre. Véritable schisme qui aura lieu en 1741 : chaque communauté aura désormais ses synagogues, ses écoles, ses boucheries rituelles, son tribunal rabbinique, sa caisse de secours et son cimetière. Dans les autres villes de Tunisie, toutefois, les mêmes institutions communautaires continuèrent à servir l'ensemble de tous les fidèles.

Le XVIIIe siècle vit l'essor des études talmudiques dans toutes les communautés de Tunisie, et plus particulièrement à Tunis. C'est alors que les juifs de Tunis se rendront à Livourne pour faire imprimer, parrainés par des mécènes tels les Roa et les Chemama, les oeuvres manuscrites de leurs maîtres. Plus de cent ouvrages verront le jour du XVIIIe au XIXe siècle, à une cadence annuelle de deux à trois volumes.

Lorsque les imprimeries juives locales commencèrent à fonctionner, on imprima sur place des œuvres traitant pour la plupart avec maîtrise et érudition, de commentaires talmudiques et de casuistique. De savants rabbins, tels Itszhak Lumbroso (mort en 1752), Messaoud El Fassi (mort en 1774) et Uziel el-Haïk (mort en 1810) ont attaché leur nom à des œuvres qui furent imprimées à Livourne bien après leur mort. Rappelons que c'est en 1768 que fut imprimé à Tunis le premier livre hébraïque, Zera Itshak du rabbin Itshak Lumbroso. A la fin du XVIIIe, le rabbin émissaire de Hébron, Haïm Yossef David Azoulay, qui séjourna dans le pays des beys, rendra hommage à la science des rabbins de Tunis, " grande ville de savants et d'écrivains."

Au XIXe siècle, la Tunisie des beys s'ouvre de plus en plus largement aux influences européennes. Le souverain Ahmed Bey (1837-1855) entreprend de moderniser son administration et son armée et inaugure une politique de réformes. En vertu d'un accord signé au cours de l'année 1846, les juifs de Toscane qui se sont établis en Tunisie à une date récente ou qui viendront s'y établir à l'avenir, obtiennent le droit de conserver la qualité de Toscans sans limitation de temps. Cette disposition encourage nombre de juifs de Livourne à venir s'installer en Tunisie où ils constituent, à la différence des Livournais arrivés au XVIIe siècle, une minorité étrangère placée sous la protection du consul de Toscane. La presque totalité des juifs du pays n'en continue pas moins à faire partie des sujets du Bey et à être soumise au statut de dhimmis.

C'est ce statut qui allait être mis en question par ce qu'il faut bien appeler une manifestation de fanatisme. Un cocher juif du nom de Batou Sfez, en état d'ivresse, eut une altercation avec un musulman. Celui-ci l'accusa d'avoir maudit la religion du Prophète. Il n'en fallut pas davantage pour que le cocher juif malmené par une foule fanatisée, fût arrêté, jugé et, conformément au droit musulman qui punit de mort le blasphème, condamné à la peine capitale et exécuté le 24 juin 1857. La rigueur de la peine, sans commune mesure avec la faute imputée, soulève une vive émotion au sein de la population juive. Les consuls de France et d'Angleterre à Tunis en tirent argument pour demander à Mohamed Bey de s'engager dans la voie de réformes libérales, analogues à celles décrétées dans l'Empire ottoman. Des pressions de plus en plus vives amènent Mohamed Bey à proclamer le 10 septembre 1857, sous le nom de Pacte Fondamental, une déclaration de principes accordant de larges garanties à tous : nationaux et étrangers, qu'ils soient musulmans, juifs ou chrétiens. Son successeur, Mohamed es-Sadok Bey y ajoute une constitution en date du 26 avril 1861 qui fit du pays une manière de monarchie parlementaire. Ces textes novateurs mettent fin à toutes les mesures discriminatoires officielles dont les juifs pâtirent dans le passé, en leur reconnaissant les mêmes droits et les mêmes devoirs qu'aux musulmans.

Les réformes introduites par ces beys ne tardèrent pas à grever les finances publiques. Pour y faire face, les beys furent amenés à majorer les impôts en vigueur, en exaspérant les masses. La révolte de 1864 amena le pouvoir à suspendre l'application de la constitution et à donner un coup d'arrêt aux réformes. Mais les juifs n'eurent pas à souffrir d'une remise en vigueur des anciennes discriminations. Pour venir à bout de la révolte populaire, le bey avait dû contracter un certain nombre d'emprunts dont les arrérages pesaient lourdement sur le budget. Ne pouvant plus honorer ses engagements, la Tunisie se vit imposer en 1869 la création d'une Commission financière internationale. Dès lors le pays devint le TDéâtre de la lutte d'influence des puissances et la pénétration économique de la France, de l'Angleterre et de l'Italie s'intensifia. Un certain nombre de juifs tunisiens qui entretenaient des relations commerciales avec les puissances européennes obtinrent leur protection, ce qui leur permettait, tout en conservant la nationalité tunisienne et le statut ersonnel défini par le droit mosaïque, de devenir justiciables des juridictions consulaires, à l'égal des ressortissants étrangers, échappant ainsi à l'arbitraire de l'administration beylicale. L'influence de l'Europe s'exerçait également sur le plan culturel. Les enfants des familles de la bourgeoisie tunisoise fréquentaient des écoles protestantes. L'école ouverte à Tunis par l'Alliance israélite universelle en 1878 permit aux familles juives de toutes les classes sociales d'y envoyer leurs enfants. Tout en faisant une place à l'histoire juive et à l'enseignement de l'hébreu, celle-ci dispensait les programmes des écoles françaises. Dès lors s'amorça une évolution de la population juive qui devait s'amplifier sous le Protectorat français institué le 12 mai 1881 par le traité du Bardo.

Le protectorat français

Le protectorat français fut accueilli avec un certain enTDousiasme par des juifs de Tunisie, convaincus que leur condition s'améliorerait sous l'égide d'une France qui avait été la première nation à émanciper les juifs. Et de fait, la situation économique de la communauté juive prospéra à la faveur de l'économie coloniale. À la première école de l'Alliance israélite s'en ajoutèrent de nouvelles à Tunis, Sousse et Sfax. Mais la jeunesse juive fut aussi de plus en plus nombreuse à fréquenter les écoles publiques ouvertes dans les villes de Tunisie. La scolarisation des nouvelles générations engendra l'acculturation de la population juive. Les familles juives aisées abandonnèrent la hara pour s'installer dans les nouveaux quartiers " européens ". Des imprimeries juives furent créées qui permirent l'impression de livres de prière et de traités talmudiques composés par des rabbins tunisiens, mais aussi de publications en judéo-arabe.

Une littérature populaire en judéo-arabe (rédigée en caractères hébraïques) se développa vers 1860 avant de s'éteindre complètement en 1960. Comme toute littérature naissante, elle était composée d'œuvres d'emprunts, de traductions ou d'imitations de l'arabe, de l'hébreu et du français. Près de 1200 écrits verront le jour durant cette période : nouvelles, contes, élégies, chansons bédouines ou égyptiennes, polémiques, faits divers et problèmes d'actualité. À cette production, il faut ajouter plus de soixante journaux quotidiens, hebdomadaires ou bulletins éphémères. À son apogée, cette littérature locale dont le but était de divertir et d'instruire les masses dépassera les frontières de la Tunisie et sera lue dans tout le Maghreb, de Benghazi à Casablanca.

Les liens entretenus par la communauté juive de Tunisie avec celle de Palestine ne se démentirent jamais. L'émergence du mouvement sioniste en Europe inspira la formation de plusieurs organismes sionistes : Agoudat Sion, Yoshevet Sion, Terahem Sion qui, en 1920, s'unifièrent en une Fédération sioniste officielle. Des cours d'hébreu moderne sont dispensés, et un grand intérêt est manifesté pour les problèmes sociaux, économiques et politiques vécus par la communauté juive de Palestine. Dès 1929 est créé en Tunisie le mouvement pionnier Hashomer Hatsaïr, suivi, en 1933 du mouvement révisionniste Betar qui sera appelé à devenir la base de l'impulsion sioniste future en Tunisie.

L'adoption des mœurs et de la culture françaises s'intensifie. L'occidentalisation se traduit encore par l'adoption de nouveaux modèles familiaux et l'affaiblissement des pratiques religieuses dans les classes dites " évoluées ". Désormais les publications en judéo-arabe sont délaissées pour les journaux et revues en français, langue dans laquelle les écrivains juifs tunisiens d'après la Première Guerre mondiale publient leurs propres œuvres.

La loi française du 20 décembre 1923 ayant rendu plus aisées les conditions d'accès à la nationalité française, des juifs tunisiens demandent et obtiennent leur naturalisation. Prônée par les assimilationnistes, la naturalisation est combattue par les traditionalistes parce qu'elle leur semble accélérer la déjudaïsation, par les sionistes qui militent en faveur d'une solution nationale de la question juive et par les marxistes qui souhaitent que les juifs lient leur destin à celui de leurs compatriotes musulmans.

Si les juifs tunisiens mettent moins d'empressement à vouloir devenir Français, c'est sans doute parce que leur condition juridique s'est améliorée : au lendemain de la Première Guerre mondiale en effet la communauté juive avait été dotée d'un conseil d'administration élu au suffrage universel avec représentation proportionnelle des " Livournais " et des " Tunisiens ", par le décret beylical du 20 août 1921. Dans toutes les villes la population juive était en mesure de pourvoir à ses besoins en matière de culte et d'assistance. Le statut personnel des juifs de nationalité tunisienne était réglementé par le droit mosaïque et les tribunaux rabbiniques étaient les seuls compétents dans ce domaine. De plus, la population juive se trouvait représentée dans toutes les assemblées consultatives du pays : chambres économiques, conseils de caïdats, Grand Conseil. Si elle ne constituait qu'une faible minorité de la population totale de Tunisie - moins de 2,5 % en 1936 - elle possédait néanmoins tous les droits d'une minorité. Cette période portera en germe tous les signes des mutations futures de cette communauté que la Deuxième Guerre mondiale viendra perturber.

La deuxième guerre mondiale

Après la défaite de juin 1940 et l'établissement du régime de Vichy, les juifs de nationalité tunisienne comme ceux qui avaient acquis la nationalité française firent l'objet de toutes les mesures discriminatoires édictées en France : exclus de toutes les fonctions publiques, les professions d'avocats et de médecins limitées par le numerus clausus. La gestion de leurs entreprises leur fut retirée et confiée à des administrateurs provisoires " aryens ". En pleine application de ces mesures, la Tunisie fut occupée par les armées de l'Axe, suite au débarquement allié du 8 novembre 1943. Pendant six mois, de novembre 1942 à mai 1943, les juifs de Tunisie furent considérés par les forces d'occupation comme des ennemis et traités en ennemis. Ayant pris en otages une centaine de notables juifs qu'il menaçait d'exécuter, le Haut Commandement allemand força la communauté juive de Tunis à fournir 3000 hommes qui furent dirigés vers les camps de travail obligatoire. Outre les pénuries alimentaires et les bombardements intensifs des armées alliées, lot de toute la population tunisienne, la population juive supporta le poids de toutes les réquisitions militaires et fut frappée

D'exorbitantes amendes collectives pour indemniser les victimes d'une guerre dont la responsabilité était attribuée à la " juiverie internationale ". Des exécutions sommaires et des déportations individuelles dans des camps de concentration européens punirent les contraventions à l'ordre allemand, mais la victoire des alliés empêcha les nazis d'appliquer aux juifs de Tunisie leur " solution finale ". Peu de temps après la libération du pays par les armées alliées, le 7 mai 1943, les dispositions édictées contre les juifs furent peu à peu abrogées et les juifs bénéficièrent alors de conditions favorables à leur essor. En 1946 ils étaient 70 000 de nationalité tunisienne sans compter les 20 à 25 000 juifs de nationalités française, italienne ou autre.

La communauté de Tunis, réorganisée par un décret du 13 mars 1947, et celles de " l'intérieur " secondées par des œuvres sociales telles l'OSE, le JOINT et de nombreux organismes locaux font reculer d'année en année le paupérisme juif. Certes, il reste à l'intérieur du pays des communautés qui ont conservé dans de nombreux domaines leur mode de vie traditionnel, mais la diffusion quasiment généralisée de la langue et de la culture françaises contribuent à la modernisation d'une part croissante de la population juive.

Désormais, l'émancipation passe aussi par le sionisme, défendu par des journaux comme La Voix juive et la Gazette d'Israël. Dès 1945 des jeunes émigrent pour aller grossir les effectifs des pionniers d'Israël. Après l'Indépendance de l'État d'Israël, l'émigration devient massive : quelque 25 000 juifs partiront pour Israël entre 1948 et 1955, surtout les éléments traditionalistes de la population juive tunisienne. Les plus occidentalisés des classes aisées se dirigeront vers la France.

Depuis l'indépendance

Après l'indépendance proclamée le 20 mars 1956, les dirigeants du pays, avec Habib Bourguiba à leur tête, s'attachent à intégrer les juifs dans la nation tunisienne en abrogeant tout ce qui pouvait les séparer de leurs compatriotes musulmans.

Quelques jours plus tard les citoyens tunisiens juifs et musulmans sont appelés à élire la première Assemblée constituante. Le premier gouvernement tunisien compte un ministre juif. Le 25 juillet 1957, l'abolition du beylicat est votée à l'unanimité et Bourguiba proclamé président de la République. Les réformes entreprises touchent aussi la population juive : le 27 septembre 1957, le tribunal rabbinique est supprimé et remplacé par une Chambre de statut personnel intégrée dans les juridictions civiles. Onze magistrats juifs sont nommés qui occupent, pour la première fois, de hautes fonctions judiciaires.

Dans l'ensemble, la politique de la République tunisienne sera libérale, mais la situation (la constitution tunisienne édictant que la Tunisie est un pays musulman, les discriminations positives qui excluaient les jeunes juifs du service militaire, des passe-droits de plus en plus fréquents, ajoutés au marasme économique notamment) mènera au départ de la plupart des juifs qui avaient choisi de rester dans leur pays après l'indépendance.

La crise de Bizerte, en 1961, provoquée par le maintien de troupes françaises dans cette base navale sans l'assentiment de la Tunisie, cinq ans après l'indépendance, donne lieu à de sanglants incidents qui, curieusement, engendrent une brutale flambée d'antisémitisme chez une partie de la population musulmane. Elle fut suivie lors de la guerre de Six-Jours (1967) par la mise à sac de boutiques juives et l'incendie de la grande synagogue de Tunis. En 1971, l'assassinat d'un rabbin en plein cœur de la capitale déclenche une nouvelle vague d'émigration.

La population juive de Tunisie se réduit à quelque 3 000 âmes à l'heure actuelle. Les originaires de ce pays se sont dirigés les uns vers Israël (50 000), les autres vers la France (35 000). Partagés entre ces deux pays où ils se sont donné une nouvelle vie, ils sont restés liés à la Tunisie par 2000 ans d'histoire.

Etat de la population tunisienne d'après les recensements
Années
Total
Juifs tunisiens
Européens
Musulmans
%
1921 ...
2.093.939
47.711
156.115
1.826.515
2,3 %
1926 ...
2.159.708
53.022
173.281
1.864.908
2,5 %
1931 ...
2.410.692
55.340
195.293
2.086.762
2,3 %
1936 ...
2.608.313
59.222
213205.
2.265.750
2,3 %
1941*
--
68.268
--
--
--
1946 ...
3.230.952
70.971
239.549
2.832.978
2,2 %
1956 ...
3.783.169
57.792
255.324
3.383.904
1,5 %
* Recensement établi uniqument pour les Juifs sous les ordres du gouvernement de Vichy; il comprend aussi bien les Juifs tunisiens que francais et étrangers.
Source : "Regards sur les Juifs de Tunisie" par Robert ATTAL et Claude SITBON - ALBIN MICHEL

Population juive tunisienne par année et par localité
Localités
1909 (a) 1921 1926 1931 1936 1946 1956 1976
Ariana 153 1.373 1.169 2.637 2.619 3.128 2.678  
Béjà 540 1.140 1.035 986 998 1.011 620 20
Ben Gardane 234 314 313 458 489 675 365 85
Bizerte 1.125 1.522 1.390 1.250 1.342 1.037 958 15
Djerba
3.000
3.779
3.828
4.098 4.109 4.294 2.684 1.100
Gabès 1.271 2.523 2.495 2.459 2.552 3.210 2.252 70
Gafsa 250 636 695 663 577 639 320  
Hammam-Lif 57 345 394 283 543 674 489  
Kairouan 483 294 270 236 226 168 82  

La Goulette
et Carthage

825 1.540 2.057 843 1.668 3.641 3.327  
La Marsa 324 360 334 285 131 405 290  
Le Kef 750 784 812 891 807 357 313  
Moknine 699 595 616 635 651 612 125  
Monastir 405 195 168 166 142 124 33  
Nabeul 1.560 1.545 1.737 1.795 1.912 2.058 1.161 115
Nefta 20 143 86 154 148 131 12  
Sbeitla 18   81 134 146 128 89  
Sfax 2.722 3.3331 3.265 3.058 3.466 4.223 3.168 205
Sousse 2.681 3.531 3.728 3.672 3.741 3.574 3.282 320
Soliman 212 195 188 137 182 161 65  
Tunis 24.000 19.020 24.131 25.399 27.345 34.194 32.000 4.600
(a) : D'après E. VASSEL, le Juif à l'intérieur de la Tunisie.
Source : "Regards sur les Juifs de Tunisie" par Robert ATTAL et Claude SITBON - ALBIN MICHEL

Robert A. Attal, né à Paris en 1927, est depuis 1956 bibliothécaire et bibliographe à l'Institut Ben-Zvi d'étude des communautés juives orientales. Il est l'auteur d'une vaste et célèbre bibliographie sur le judaïsme nord-africain, de plus d'une vingtaine douvrages et d'innombrables articles sur le judaïsme oriental et maghrébin. Pour sa contribution à l'étude et à la recherche sur les Juifs des pays d'Orient et du Maghreb, il s'est vu décerner en 1988 le Prix National du Mérite du Travail, celui de Jérusalem en 1990, du Ministère des Cultes en 1992 et celui du Président de l'Etat d'Israel, Ishak Ben- Zvi en 2001.

Claude Sitbon, né à Tunis en 1943, vit à Jérusalem depuis 1970. Diplômé de lEcole pratique des hautes études (Sorbonne), il a mené de nombreuses recherches sur le judaïsme tunisien et a publié sur ce thème des articles en hébreu et français. Actuellement directeur du département francophone de la Fondation de Jérusalem, il a été conseiller de Teddy Kollek, ancien maire de Jérusalem.


Conception et réalisation par Monique Hayoun Free counter and web stats
© Copyright 2004-2017LeBorgel.com. Tous droits réservés.