Histoire des Juifs de Tunisie
Le Cimetière du Passage
Site : Le Borgel
Carrés au Borgel
Sépultures célèbres
Evénements
Etudes/Travaux
Médias
L'album
Liens
Contact
Visiteur N°: 576548
retour à l'accueil contact imprimer la page en cours www.leborgel.com comme page de démarrage
Recherche
A Tunis :

Histoire des Juifs de Tunisie
de l'Antiquité au Protectorat

 
Antiquité. Selon la tradition, on fait remonter l'installation de Juifs à Djerba à l'époque de la destruction du Temple de Salomon . Un groupe de prêtres , les kohanims fuient Jérusalem et arrivent à Djerba, portant avec eux une des portes du temple ('Delet ' en hébreu) Ces réfugiés fondent lle village de Har Sghria connu sous le nom de " Dighet " (586 av.J.-C.)
Les preuves scientifiques de l'établissement d'une communauté juive en Tunisie ne remontent pas aussi loin dans le temps.
Carthage punique. Existence vraisemblable d'une colonie juive sur laquelle nous n'avons pas de preuves (excepté des corrélations entre la langue punique et hébraïque)
Carthage romaine. La découverte de la mosaïque de la synagogue de Naro, sur la plage d'Hammam-Lif (On la situe à l'époque byzantine (VI e siècle). en 1883, atteste d'une communauté naute florissante : cette mosaïque comporte une inscription latine et des symboles juifs tel un candélabre. douzaine de panneaux de mosaïques sont exposées au The Brooklyn Museum (200 Eastern Parkway, Brooklyn, New 11238-6052 USA). Trois autres mosaïques se trouvent au Musée du Bardo à Tunis, elles contiennent des inscriptions en Latin. Deux contiennent le mot SYNAGOGA et une autre indique l'endroit où on pose les 'livres sacrés' (Heikhal). Il existe aussi à Gammarth des épitaphes et des nécropoles ( Tombes juives du 2ème siècle de l'ère chrétienne, elles sont signalées pour la première fois en 1833 par M.Fable).
670. Fondation de Kairouan et début de l'établissement de la communauté juive dans cette ville, qui prendra un très grand essor intellectuel.
880. Le grand voyageur Eldad le Danite relate son passage à Kairouan et décrit les rapports qu'il a eus avec les dirigeants de la Communauté.
1135. Mention de juifs capturés au cours du raid normand sur l'île de Djerba ( Document de la Géniza du Caire)
1057. Pillage de Kairouan par les Hillaliens et fin de la communauté juive.
1060. Correspondance d'un marchand tunisien où il est fait mention des juifs de Djerba qui ont soufferts des persécutions des Almohades qui les forcèrent à la conversion ou à l'exil (Document de la Géniza du Caire)
1165. Maimonide fait escale à Djerba pour se rendre en Egypte, dans une lettre à son fils Abraham, fait une description sévère et peu élogieuse sur le mode de vie des juifs de Djerba.
1107. Mention d'un juif Jerbien qui bénéficie de l'assistance de la communauté du vieux Caire (document de la Géniza du Caire)
1223. L'empereur germanique Frédéric II , Régnant sur le royaume de Sicile, conquit l'île de Djerba et exile un grand nombre d'habitants, en particulier des juifs. Un groupe de ces juifs Djerbiens s'installe à Palerme en Sicile normande et constitue une communauté distincte des autres juifs de la ville. Frédéric II leur accorde le droit de cultiver le henné et l'indigo.
Depuis la fin du XII siècle, aucun fait marquant ne nous est parvenu
1507. Abraham Levy Bacrat, exilé d'Espagne, termine à Tunis son Commentaire sur Rachi.
1534. Jacob Ben Haim de Tunis édite à Venise les Mikraot Gedolot, grand commentaire de la Bible. Il est correcteur de la première édition du Talmud à Venise
1560. Expédition espagnole de Charles Quint contre l'île de Djerba. L'escadre chrétienne est incendiée et coulée par les Turcs.
1570. Première localisation géographique sur une carte des deux villages juifs de Djerba (Zadaïca et Gïudel)
1593. Samuel Squinasi s'engage à délivrer des Maures enlevés par des corsaires sardes, et cela au nom du gouverneur de Tabarka.
1685. Des juifs livournais, occupant une place importante dans la communauté avancent de fortes sommes au Pacha et, dans les actes officiels, signent sous le nom " Hébreux de la Nation livoumaise ".
1710. Eclatement du schisme entre les Juifs tunisiens et les Juifs livournais. Les deux communautés se séparent et un acte est signé en 1741 légalisant cette séparation.
1768. Le premier livre, en hébreu, paraît à Tunis et il faudra attendre plus d'un siècle (1882), pour que l'imprimerie hébraïque soit rétablie à Tunis.
1773. Le rabbin Joseph Azoulay (Hyda) vint à Tunis. Selon lui, il y avait plus de trois cents rabbins à Tunis.
1823. Le bey Mahmoud ordonne que tous les Juifs de Tunisie se coiffent d'un bonnet noir.
1840. Découverte à Tunis, par Eliezer Ashkenazi, recueil de poèmes inédits de Juda Halevy.
1857. 24 juin, à Tunis, un Juif, Battou Sfez, est condamné à mort, sous prétexte d'avoir blasphémé la religion islamique. Il est décapité.
9 septembre : Proclamation du Pacte fondamental ou de Sécurité ( Ahd Al Aman). Le Bey Mohamed Bey (1855-1859) décide de garantir le respect des droits de tous ses sujets. Acte sans précèdent dans l'histoire de l'Afrique du Nord, il constitue une véritable déclaration des droits de l'homme.
1877. Convention Communauté de Tunis/Alliance Israélite Universelle.
1878. Inauguration de l'école Malta Srira
1879. Présent du Sadok Bey (1859 - 1882) à la Communauté de 1 000 mètres carrés de terrain, rue Es-Sadikia près de la gare des chemins de fer francais, pour l'édification de la Grande Synagogue.
1880. Mort du Grand Rabbin Abraham Hagege
Nomination comme successeur du Rabbin David Benattar (décédé en 1884)
Nomination de Micael Uzan comme Caïd des Juifs (décédé en 1889)

Monique HAYOUN, Juillet 2005
Conception et réalisation par Monique Hayoun Free counter and web stats
© Copyright 2004-2017LeBorgel.com. Tous droits réservés.