Histoire des Juifs de Tunisie
Le Cimetière du Passage
Site : Le Borgel
Carrés au Borgel
Sépultures célèbres
Evénements
Etudes/Travaux
Médias
L'album
Liens
Contact
Visiteur N°: 575621
retour à l'accueil contact imprimer la page en cours www.leborgel.com comme page de démarrage
Recherche
A Tunis :

Rapatriement des ossements du cimeti?re de Gab?s
? Tu honoreras ton p?re et ta m?re ?
Rapatriement des ossements du cimeti?re de Gab?s


La communaut? juive de Gab?s ?tait une communaut? traditionaliste, qui observait les commandements et dont sont issus aux cours des ann?es de nombreux rabbins de renom.
La plupart des juifs de Gab?s mont?rent en Isra?l et les autres s??tablirent en France.
L?Alyah qui ?tait partie au d?part de quelques groupes de pionniers se transforma vite en mouvement de masse. Leur attachement ? Sion et le d?sir de vivre en Terre promise ne connaissait pas de limite. Ils partirent en Isra?l en suivant les proph?ties d?Isra?l et non pas parce qu?ils ?taient pers?cut?s.
Le 10 janvier 1976, les dirigeants de la ville de Gab?s, une grande ville c?ti?re du sud tunisien, publi?rent une annonce en langue fran?aise indiquant que les autorit?s arabes d?siraient d?truire le vieux cimeti?re de Gab?s, pour am?nager le terrain en un nouveau centre touristique.
Dans cette annonce, il ?tait ?galement dit que les Juifs d?sireux de faire transf?rer les ossements de leurs chers disparus dans d?autres cimeti?res, ? Tunis ou autre part ?taient autoris?s ? le faire dans les trois mois suivant la publication de l?annonce.
Cette nouvelle parvint vite aux oreilles des Juifs originaires de la ville de Gab?s install?s tant en France qu?en Isra?l, et d?s la publication de cette annonce, les familles riches au sein de la communaut? juive de France se mirent ? s?organiser pour sauver les ossements de leurs proches. M. Raoul Saroussi, natif de Gab?s, s?occupa de l?organisation en bonne et due forme pour transf?rer les cercueils en France. En Isra?l, la rumeur fut colport?e de bouche ? oreille et fut accueillie avec un grand ?moi parmi les anciens de la communaut?. On d?cida de cr?er un comit? d?action qui se joindrait aux comit?s d?action d?j? mis sur pied ? Paris et ? Marseille, et ils oeuvraient conjointement pour sauver les ossements des Juifs d?c?d?s ? Gab?s. Les membres du comit? ?taient Ma?tre Tayyar, ancien d?put? ? la Knesset, Emmanuel Rahamim, ancien adjoint au maire de la ville de Lod, Ya?r Boker de Ramleth, Chalom Yaakov de Beershaba, Sa?l Ch?li de Lod, et Abner Saroussi de Ramleh.
La mission semblait ? beaucoup quasiment impossible, si l?on consid?re qu?il s?agissait de faire monter les cercueils de centaines de morts d?un pays arabe vers Isra?l, dans le secret le plus absolu. Les membres de comit? ?taient toutefois convaincus que tel ?tait leur devoir. Diverses institutions aid?rent les repr?sentants du comit? ? se rendre en France pour y diriger et y surveiller, avec leurs homologues fran?ais, le bon d?roulement des travaux d??vacuation ? Gab?s m?me. Les familles des d?funts, ainsi que d?autres institutions financ?rent les frais n?cessaires ? l?op?ration de transfert des cercueils.
Les autorit?s locales tunisiennes offrirent leur concours pour le transport des cercueils du cimeti?re de Gab?s vers la capitale Tunis, soit sur 405 kilom?tres. L?op?ration prit les dimensions d?une action internationale parfaitement r?gl?e et organis?e. Les cercueils, au nombre de 350, furent amen?s de Tunis en France et de l?, ils furent transport?s sur des navires de la ? Zim ? pour ?tre enterr?s en Terre d?Isra?l.
Les cercueils des sept plus grands rabbins de la ville de Gab?s arriv?rent en premier, et lors de leur inhumation isra?lienne, on vit d?filer derri?re eux plusieurs milliers de personnes. Voici la liste des rabbins de Gab?s enterr?s en Isra?l au cours de l?op?ration :
Rabbi Fr?dji Allouche inhum? au cimeti?re de Beersheba
Rabbi Sa?l Cohen inhum? au cimeti?re de Ramleh
Rabbi David Cohen-Guicha inhum? au cimeti?re de Tib?riade
Rabbi Ha?m Cohen inhum? au cimeti?re de Ramleh
Rabbi Louila Haddad inhum? au cimeti?re de Ramleh
Rabbi Didi Braoma inhum? au cimeti?re de Ramleh
Rabbi Masoud Roqah inhum? au cimeti?re de Ramleh
Lorsque les centaines de cercueils arriv?rent en Isra?l, on assista ? des sc?nes ?mouvantes dans les ports de Ha?fa, d?Achdod, et dans les villes de Ramleh, Lod, Beershaba, Tib?riade, Kiryat Chemoneh, et des mochavim du Sud du pays. En son temps, le Ministres des Cultes avait promis aux membres du Comit? que les ossements des morts non-identifi?s ou rest?s sans famille seraient transf?r?s au mochav Beyt-Hagdi, et le minist?re avait promis d?aider ? l??rection d?une st?le ? la m?moire de la ville de Gab?s. Les membres du comit? d?action isra?lien pour le sauvetage des ossements de Gab?s, tiennent ? remercier toutes les institutions, et donateurs qui ont offert leur assistance ? la r?alisation de cette sainte et pieuse mission.

Extrait de l'oeuvre de Shimshon SARFATI Tounis 'El Khadra' , Tunis la verte
Un regard nostalgique sur la Tunisie juive d'antan ? l'intention des jeunes gen?rations
Traditions ancestrales, L?gendes et Coutumes juives Tunisie, 1881-1948
Traduit de l'h?breu par Dr.Emmanuel DOUBCHAK

Shimshon Sarfati est n? ? Tunis en 1924. Pendant la Seconde Guerre mondiale (1942-1943), il a ?t? intern? dans un camp de travaux forc?s ? Bizerte, en Tunisie.
A la fin de ses ?tudes en 1945, il quitte la Tunisie pour pr?parer l?immigration d?Afrique du Nord, et monte sur le Yehouda Halevy, premier bateau clandestin d?immigrants ill?gaux ? partir d?Alger en 1947.
Pendant de nombreuses ann?es, Shimshon Sarfati a jou? un r?le important dans l?int?gration des nouveaux immigrants et leur installation dans le pays, de par les postes qu?il a occup?s et par son activit? publique, qu?il fut contraint d?abandonner ? la suite d?une grave maladie.
Malgr? son enracinement profond en Isra?l, il a toujours gard? une nostalgie r?elle pour sa Tunisie natale et les paysages de son enfance. D?sireux de pr?server les traditions et le patrimoine de ses p?res, il s?est totalement investi dans ce livre, effectuant ? cet effet un tr?s s?rieux travail de recherche sur les coutumes et leurs origines aupr?s des anciens de la communaut?, dans l?espoir de les conserver et de les transmettre aux g?n?rations futures, car il est dit ? Ne d?laisse pas les instructions de ta m?re ?.
Le pr?sent livre constitue la premi?re version fran?aise de l?original. Il a ?t? traduit de l?h?breu par Emmanuel Doubchak, traducteur et linguiste, sp?cialiste de langues s?mitiques. Shimshon SARFATI est d?c?d? le 6 juin 1998 ? Lod.
Cette page a été visitée : 4503 fois
Conception et réalisation par Monique Hayoun Free counter and web stats
© Copyright 2004-2017LeBorgel.com. Tous droits réservés.