Histoire des Juifs de Tunisie
Le Cimetière du Passage
Site : Le Borgel
Carrés au Borgel
Sépultures célèbres
Evénements
Etudes/Travaux
Médias
L'album
Liens
Contact
Visiteur N°: 549214
retour à l'accueil contact imprimer la page en cours www.leborgel.com comme page de démarrage
Recherche
A Tunis :

? Les enfants d?Oslo ?


La catastrophe a?rienne qui co?ta la vie aux ? enfants d?Oslo ? en novembre 1949 et l?unique rescap?.
Au mois de mars 1945, une organisation norv?gienne, la ? Europa Hilfen ?, en collaboration avec la Croix-Rouge norv?gienne, proposa ? Monsieur Perets L?chem, directeur de l?Alyah des jeunes, l? ? Alyat Hanoar ? de faire gu?rir des enfants sur lesquels pesait la menace de la tuberculose. On mit ? leur disposition un camp dans l?une des plus belles r?gions de la Norv?ge. On offrait une couverture totale des frais de vol et de s?jour des enfants. Cette proposition ouvrit d?s lors, l?Afrique du Nord ? l?Alyah des enfants.
En Tunisie, agissait une section de l?Alyat Hanoar, sous la direction de Lydie Gozlan. Cette m?me ann?e, 1949 ; les n?gociations entre l?organisation norv?gienne, le ? Joint ? et la section de l?Alyat Hanoar aboutirent enfin, et il fut conclu que les enfants seraient transf?r?s au sanatorium en Norv?ge pour y passer leur convalescence avant de partir en Isra?l. L?intention ?tait de prot?ger de la maladie des enfants affaiblis qui auraient pu en ?tre victimes. En collaboration avec le dispensaire de l? ?O.S.E. ? on fit subir des examens aux candidats ? l?Alyat, y compris aux enfants. A la t?te de l?organisation m?dicale se tenaient le Dr L?on Moati et l?infirmi?res Suzette Cohen-Coudar. Lydie Gozlan, repr?sentante de l?Alyah des Jeunes en Tunisie assist?e de Perets L?chem, se charg?rent de convaincre les parents de leur confier les enfants en ?ge d?immigrer. On esp?rait ainsi que les parents suivraient les enfants, ainsi que les autres membres de la famille. C??tait une t?che difficile que de convaincre les parents, surtout qu?ils s?agissait d?enfants habitu?s ? la vie de famille, ?g?s de 7 ? 11 ans, et qui ?taient tr?s li?s ? leurs parents. Soudain, ils allaient se retrouver sans leur papa, sans leur maman et dans un pays froid et lointain. On garantit aux familles des candidats pour l?Alyat que leur serait accord?e la priorit? pour r?aliser leur r?ve. Parmi les famille qui accept?rent d?envoyer leurs enfants se trouvait la famille Allal qui confia ? l?Alyat des jeunes, ses quatre enfants dont son fils a?n? Isaac, ?g? de 11 ans. Cette famille avait par ailleurs perdu tous ses biens avec la destruction de leur maison lors d?un bombardement allemand en 1943. Soixante petits enfants juifs faisaient la queue pour monter dans l?avion. Ils attendaient avec impatience leur d?part pour l??tranger. C??tait la premi?re fois qu?ils quittaient leur maison.
Les enfants ?taient accompagn?s de l?infirmi?re Suzette Cohen-Coudar de Tunis, et de Lusa Schwarts-Jansen d?Oslo, une jeune norv?gienne qui travaillait au camp de vacances, et Myriam Zayonts d?Isra?l , employ?e de l?Agence Juive.
Deux avions ? Dakota ? d?une soci?t? hollandaise de charters avaient ?t? affr?t?s. Les deux avions d?coll?rent de Tunis, ? intervalle de 10 minutes ? cinq heures du matin en ce 20 novembre 1949. Le second tournait en l?air dans le ciel aux alentours de la capitale, lorsque le pilote tenta de se frayer un passage ? travers un ?pais brouillard, pour atteindre la piste d?atterrissage. En cours de vol, il s?av?ra que l??quipe hollandaise ne connaissait pas suffisamment les a?roports norv?giens. Il s?av?ra ?galement que sur la carte dont le pilote disposait, ?tait indiqu?e la pr?sence d?une colline haute de 164 m?tres, alors que dans la r?alit?, il s?agissait de 343 m?tres de hauteur.
Le brouillard ?tait des plus denses. L??quipe de pilotage envoya des signaux de d?tresse ? la tour de contr?le, mais cette derni?re ne les capte pas correctement.
L?avion perdit tout ? coup de l?altitude et percuta la colline de plein fouet. En raison du choc, l?avion se retourna et la plupart des passagers en furent ?ject?s, le nez de l?avion prenant alors feu. Lorsque l?on apprit la disparition du deuxi?me avion, des milliers de personnes sortirent par une pluie battante pour commencer les recherches dans les r?gions mar?cageuses. En ce mois de novembre en Norv?ge, la garde civile, la police et la Croix-Rouge mobilis?rent toutes leurs forces. L?arm?e royale de l?air norv?gienne envoya force avions et les bateaux des gardes-c?tes ratiss?rent l?eau. M?me le roi Hacon en personne demanda ? ?tre tenu au courant de l??volution des recherches heure apr?s heure.
La Tunisie re?ut avec un ?moi consid?rable l?annonce de la disparition de l?avion.
La m?re d?Isaac Allal tenta de mettre fin ? ses jours, des gens ?tant venus annoncer ? Joseph Toubiana, ?g? de 19 ans, et fr?re des passagers, Jacqueline, William et Micha?l que l?on ignorait o? se trouvait l?avion, il eut une crise cardiaque et mourut sur le champ. Entre-temps, en Norv?ge, les recherches se poursuivaient dans de dures conditions climatiques dans l?espoir de d?couvrir l?endroit o? s??tait ab?m? l?avion. Les m?decins des ?quipes de secours estim?rent que m?me s?il y avait eu des survivants au moment du crash de l?avion, leurs chances de survie ?taient pratiquement nulles en raison de l?intense vague de froid qui r?gnait dans cette r?gion. Au bout de 42 heures de recherches, c?est un spectacle particuli?rement dur qui se r?v?la aux yeux des premiers secours. Il y avait l? des corps d?enfants carbonis?s ? c?t? de corps d?chiquet?s, au bout de plusieurs heures, on d?nombrait 34 cadavres, 27 d?entre eux ?tant des enfants. On d?couvrit les corps des quatre membres de l??quipage, et ceux des trois infirmi?res qui s??taient jointes aux enfants.
Soudain, en plein milieu du d?compte des cadavres, on entendit un g?missement ! A c?t? des d?bris de la queue de l?appareil, apparut devant l??quipe de secours, un enfant bless? de 11 ans, c??tait Isaac Allal. Il ?tait l?unique survivant. Il ?tait rest? tout seul dans la nuit. Ses deux fr?res et sa s?ur ?taient parmi les victimes de la catastrophe.
Seul, dans le s?pulcre d?un avion bris? au milieu des cendres et le bras droit pris dans un d?bris de l?appareil. Parfois, il entrouvrait les yeux, essayant de comprendre? O? ?tait-il ? Qu??tait-il arriv? ? O? donc ?taient pass?s ses petits camarades avec qui il ?tait parti de Tunis pour un beau s?jour de joie et de sant? en Norv?ge ? C?est alors qu?il s??tait rappel? : l?avion qui tournait en rond, soudain un grand choc, une lueur, des cris? Puis, tout ?tait devenu noir, noir et silencieux. Mais que se passait-il ? N?avait-on pas chuchot? pr?s de l?enfant ? Deux hommes ?taient surgis. Isaac ?tait sauv? !
Mais le jeune Isaac bien que sauv?, avait souffert pendant deux jours de froid et de faim sous les d?bris de l?avion.
A l?h?pital de Drammer, au sud d?Oslo, on consid?rait comme un v?ritable miracul?, le petit tunisien de 12 ans, que toute la Norv?ge choisit comme h?ros national. Il ?tait sorti indemne de l?accident o? avaient trouv? la mort ses camarades, le personnel d?accompagnement et l??quipage. Il ne paraissait m?me pas affect? par la chute, ni par les 42 heures pass?es dans un froid intense et sans nourriture. La trag?die qui avait frapp? les enfants juifs fit la une de tous les m?dias ? travers le monde.
La Norv?ge se couvrit tout enti?re des couleurs du deuil. Tout le pays ?tait frapp? par les dimensions de l?horreur. La trag?die de ces enfants perdus dans la tourmente et qui n??taient pas arriv?s ? bon port ?mut profond?ment les Norv?giens. Le mardi 22 novembre 1949, jour o? avaient ?t? d?couverts les d?bris de l?avion fut d?clar? journ?e de deuil national et tous les lieux de divertissement rest?rent clos. On s?int?ressa tout particuli?rement au probl?me que posait le lieu de s?pulture des enfants, la plupart des parents des victimes exig?rent de ne pas rapatrier les corps de leurs disparus en Tunisie mais de les transporter directement en Isra?l pour y ?tre enterr?s. La section de l?Alyat des jeunes soutint elle aussi qu?il convenait d?enterrer les enfants en Isra?l. Le gouvernement tunisien, qui jusqu?alors avait fait mine d?ignorer l??migration de ses citoyens juifs vers Isra?l, craignit que son statut au sein du monde arabe ne soit affect?, et il exigea que les enfants fussent enterr?s sur son territoire. Seule l?accompagnatrice Myriam Zayonts fut inhum?e en Isra?l. Lorsque les corps eurent ?t? identifi?s ? Oslo, ils furent rapatri?s par voie a?rienne sur Tunis le 30 novembre 1949. Le 1er d?cembre 1949, les fun?railles des 24 enfants eurent lieu ? Nabeul, Sousse, Mokn?ne et Tunis. Aux quatre c?r?monies assistaient des repr?sentants des gouvernements fran?ais et tunisien, aux c?t?s de ceux de la communaut? et des organisations sionistes de Tunisie.
Le Bey exprima ses condol?ances et le deuil en Tunisie ?tait grand. C?est par dizaines de milliers que les gens se rendirent aux obs?ques, des milliers de milliers de musulmans suivirent aux c?t?s de leurs concitoyens juifs les cercueils, dans un deuil commun. Le plus ?mouvant ?tait de voir ces petits cercueils en bois o? reposaient des enfants. L?affaire des ? enfants d?Oslo ? ?tait un ?v?nement des plus tragiques. Jamais le juda?sme tunisien ne s??tait trouv? aussi uni dans un si profond deuil. Quant ? Isaac Allal, le seul rescap?, il devint le chouchou des m?dias norv?giens, le roi lui envoya des pr?sents. On alla m?me jusqu?? lui faire rencontrer le prince h?ritier. ? Les cadeaux que j?ai re?us remplissent trois pi?ces ? s?enorgueillit-il de son lit d?h?pital, lors d?une conversation t?l?phonique qu?il eut avec sa m?re qui l?appelait de Tunis. Il lui raconta que, lors de la catastrophe, il jouait avec la ceinture de s?curit? et l?avait attach?e, lorsque tous les autres s??taient vus projet?s ? l?ext?rieur, lui ?tait rest? sur son si?ge. Quelques mois plus tard, apr?s son r?tablissement ? l?h?pital, le roi de Norv?ge ?voqua la possibilit? d?adopter Isaac Allal, toutefois, Isra?l insista pour qu?il arrive en Isra?l. Apr?s avoir pass? quelques mois dans le village d?enfants, il s?en revint rejoindre ses parents et tous trois mont?rent en Isra?l en 1950. Plus tard, il allait se marier et s?installer au mochav Yanouv, qui fut ?tabli gr?ce ? l?aide du gouvernement norv?gien, qui d?sirait immortaliser le souvenir des victimes, en geste de bonne volont?. Avec la participation de nombreuses associations norv?giennes, le gouvernement norv?gien fit parvenir au mochav Yanouv 27 maisons, au nombre des victimes, pour que chaque enfant soit immortalis? par une maison. Beaucoup des premiers membres de cette colonie agricole du Charon ?taient proches des jeunes morts dans l?accident d?avion. Isaac Allal devint agriculteur et il eut six enfants. Il est mort le 14 f?vrier 1987 des suites d?une longue maladie ? l??ge de quarante-huit ans, il avait repr?sent? l?un des symboles de la lutte pour l??migration vers Isra?l. L?affaire des ? enfants d?Oslo ? est un ?v?nement tragique. Ce fut avant tout la trag?die des familles de victimes. Mais d?un autre c?t?, rien n?avait autant uni les Juifs de Tunisie dans une douleur commune. Le 23 novembre 1949, Joseph Sprintzak, le pr?sident de la Knesset, le parlement isra?lien, pronon?a l??loge fun?bre des enfants morts et exprima les condol?ances de la Knesset face ? la catastrophe qui ?tait devenue, la mort de 27 enfants qui d?siraient se rendre en Isra?l. Le 13 novembre 1969, on inaugura ? N?tivot dans le N?guev un monument ? la m?moire des victimes de la catastrophe. Le 24 novembre 1989, on d?voila en Norv?ge une st?le comm?morative impressionnante ?rig?e pour les victimes de cette trag?die ? proximit? du lieu o? s??tait ?cras? l?appareil. C?est ?galement en novembre 1989 que fut ?rig? un monument comm?moratif au mochav Yanouv, dans le Charon. B?ni soit leur souvenir Les enfants : UZAN Khamo?s UZAN Colette ALLAL Elie ALLAL Danielle ALLAL Ha?m ALLAL Rachel BRAMLI Joseph BESNAION Yvette BESNAIOU Janine DEMRI Gozlan DEAI Pierrette DEAI Michel DEAI Rachel GALULA Marie GALULA Robert HATT?B Gaston HATT?B Joseph HATT?B Raymond HATTAB Gaston ISRA?L Dolly LOUZOUN Ephra?m LOUZOUN Khamo?s LOUZOUN Jacqueline TAMMAM Henriette TOUBIANA Emile TOUBIANA William TOUBIANA Jacqueline Les accompagnateurs : ZAYONTS Miryam COHEN-COUDAR Suzettz SCHWARTS-JANSEN Lysie L??quipage : H. WESTENBER A.V.D. FOUW K. STUKJE FROUWS ? Ils sont morts les enfants, ils sont morts les enfants h?bruex, des enfants destin?s ? devenir de futurs citoyens de l?Etat d?Isra?l ?, propos du pr?sident de la Knesset, Joseph Sprintsak, lors de l??loge fun?bre des enfants d?Oslo, le 23 novembre 1949.

Extrait de l'oeuvre de Shimshon SARFATI Tounis 'El Khadra' , Tunis la verte
Un regard nostalgique sur la Tunisie juive d'antan ? l'intention des jeunes gen?rations
Traditions ancestrales, L?gendes et Coutumes juives Tunisie, 1881-1948
Traduit de l'h?breu par Dr.Emmanuel DOUBCHAK

Shimshon Sarfati est n? ? Tunis en 1924. Pendant la Seconde Guerre mondiale (1942-1943), il a ?t? intern? dans un camp de travaux forc?s ? Bizerte, en Tunisie.
A la fin de ses ?tudes en 1945, il quitte la Tunisie pour pr?parer l?immigration d?Afrique du Nord, et monte sur le Yehouda Halevy, premier bateau clandestin d?immigrants ill?gaux ? partir d?Alger en 1947.
Pendant de nombreuses ann?es, Shimshon Sarfati a jou? un r?le important dans l?int?gration des nouveaux immigrants et leur installation dans le pays, de par les postes qu?il a occup?s et par son activit? publique, qu?il fut contraint d?abandonner ? la suite d?une grave maladie.
Malgr? son enracinement profond en Isra?l, il a toujours gard? une nostalgie r?elle pour sa Tunisie natale et les paysages de son enfance. D?sireux de pr?server les traditions et le patrimoine de ses p?res, il s?est totalement investi dans ce livre, effectuant ? cet effet un tr?s s?rieux travail de recherche sur les coutumes et leurs origines aupr?s des anciens de la communaut?, dans l?espoir de les conserver et de les transmettre aux g?n?rations futures, car il est dit ? Ne d?laisse pas les instructions de ta m?re ?.
Le pr?sent livre constitue la premi?re version fran?aise de l?original. Il a ?t? traduit de l?h?breu par Emmanuel Doubchak, traducteur et linguiste, sp?cialiste de langues s?mitiques. Shimshon SARFATI est d?c?d? le 6 juin 1998 ? Lod.
Cette page a été visitée : 5105 fois
Conception et réalisation par Monique Hayoun Free counter and web stats
© Copyright 2004-2014 LeBorgel.com. Tous droits réservés.